Tract "grand public" du SNESUP contre la LRU

Ensemble, pour l’avenir du pays et de la jeunesse, exiger une autre politique pour l’enseignement supérieur et la recherche

, par Webmestre

Aujourd’hui, plus de 2 millions de jeunes suivent des études supérieures. Leur nombre a triplé en
30 ans. Il doit encore s’accroître pour satisfaire les besoins du pays.

Le progrès des connaissances scientifiques et des technologies, le niveau de qualification
exigé par les métiers, les aspirations de la société à davantage de démocratie, l’épanouissement
personnel et citoyen de chacun, la place de la France dans le monde impliquent que de plus en
plus de jeunes et d’adultes en formation accèdent à l’enseignement supérieur et y réussissent. Les
défis du développement durable, les risques sanitaires et environnementaux, le partage des
richesses du monde entre tous les peuples appellent une recherche scientifique forte et libre,
fondamentale et appliquée, dans tous les domaines de la connaissance.

Notre système d’enseignement supérieur et de recherche fait face à ces enjeux
dans des conditions très difficiles.
L’université française est pauvre, beaucoup d’étudiants
connaissent des conditions de vie et d’étude précaires, les personnels, enseignants-chercheurs,
techniciens, administratifs, voient leur charge de travail alourdies sans reconnaissance. Ce constat
était partagé par tous les candidats à l’élection présidentielle ! L’objectif de 3% du PIB consacré à
la recherche est loin d’être atteint et par rapport aux pays de l’OCDE nous faisons figure de
parent pauvre.

Que propose le gouvernement ?

- Pour les universités, une loi sur « l’autonomie », votée à la hussarde pendant l’été, sans
concertation et contre l’opinion des universitaires. Elle ne répond à aucun de leurs problèmes
criants. Cette loi met en péril le service public en introduisant des dangers majeurs :

  • le désengagement de l’état et la soumission des formations et de la recherche aux intérêts
    économiques privés, par le biais du financement par fondations ;
  • l’inégalité entre les établissements et des universités à plusieurs vitesses ;
  • une gouvernance sur le modèle de l’entreprise, avec un président aux pouvoirs
    exorbitants et un conseil d’administration restreint, non représentatif des acteurs et usagers
    de l’université ;
  • la mise en cause des statuts de fonctionnaires des personnels et du recrutement de
    contractuels pour tous les emplois.

- Pour la recherche, le gouvernement met en cause le CNRS et les grands organismes
publics de recherche qui font la valeur de la recherche française — le prix Nobel de physique,
Albert Fert, le déclare haut et fort ! —, et qui permettent une politique scientifique respectueuse
de la démarche scientifique, de la liberté de la recherche, de l’indépendance des équipes. Il
privilégie les financements sur projet qui nient le temps long de la recherche Il met à mal la
complémentarité des universités et des organismes qui permet le lien entre la production et la
transmission des connaissances.

- Pour l’enseignement supérieur et la recherche, un budget 2008 en trompe l’œil,
où les crédits annoncés sont pour l’essentiel des rattrapages de crédits. Il ne permettra pas les
dépenses nécessaires : mesures de lutte contre l’échec en licence, rénovation des bâtiments,
encadrement renforcé des étudiants, aide sociale et bourses accrues. Il ne finance aucune
création de postes
, alors que les besoins se chiffrent par centaines dans les établissements !

Nous demandons qu’une toute autre loi pour l’enseignement supérieur et la recherche
soit élaborée, en réelle concertation avec tous les acteurs. Loi prenant en compte les moyens, les
dispositifs pédagogiques pour faire réussir les étudiants, un encadrement suffisant, des formations
diversifiées et qualifiantes, la lutte contre les inégalités sociales et culturelles. Loi programmant
de façon pluri annuelle les dotations et les postes
.

Les enseignants chercheurs, chercheurs, personnels administratifs et techniques, les
étudiants ont raison de refuser la situation actuelle de l’université et la loi LRU, de dénoncer le
budget 2008. Ils défendent ainsi la qualité des formations, la liberté de la recherche et de
l’enseignement, la démocratie dans l’université, Comme les autres salariés et usagers, dans les
hôpitaux, la poste, les transports, etc., ils défendent le service public.

L’éducation, l’enseignement supérieur, la recherche, c’est l’affaire de tous, c’est l’affaire
de la nation. Ensemble, défendons-les, pour l’avenir du pays, pour l’avenir de la
jeunesse !

Voir en ligne : Version mise en page (pdf) pour impression sur le site du SNESUP