Dijon

Motion formation des enseignants des CA et CEVU de l’Université de Bourgogne

, par Webmestre

Motion formation des enseignants votée à l’unanimité d’abord au CEVU puis à l’unanimité au CA de l’université de Bourgogne.

Le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire de l’Université de
Bourgogne interpelle le Ministère de l’Education Nationale et le
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sur le
caractère précipité de la mise en œuvre de la réforme du recrutement et
de la formation des enseignants, des Conseillers Principaux d’Education
et des documentalistes.

Il déplore l’absence de concertation des différents acteurs alors que
ces réformes engagent l’avenir de tout le système éducatif et
universitaire français et plus largement celui des générations futures.

Il souligne que la conception des nouvelles maquettes de masters
s’effectue dans la précipitation, sans même que les contenus et les
jurys des différents concours soient précisément définis. Ces conditions
entravent une réflexion mûrie et concertée, qui devrait être centrée sur
les valeurs et non sur les intérêts particuliers.

Le CEVU de l’Université de Bourgogne alerte sur les conséquences pour
les étudiants. Le cadre nouveau de la formation conduira désormais les
étudiants et leur famille à prendre à leur charge la cinquième année de
formation, rémunérée jusqu’alors comme année de stage par
l’Etat-employeur. Cette décision, pour laquelle aucune mesure d’aide
financière n’a même été envisagée, va accentuer les inégalités pour
accéder aux métiers de l’éducation.

Le CEVU de l’Université de Bourgogne demande de réelles propositions et
des moyens dégagés pour aider les étudiants notamment les plus
défavorisés à accéder à ces métiers.

Il réaffirme l’importance d’une démarche nationale fondée sur l’ensemble
des composantes des Universités, IUFM et UFR, de façon à reconnaître et
associer de manière réfléchie et juste leurs compétences respectives
dans l’élaboration de ces nouveaux masters ; ceux-ci devant concilier
les exigences multiples et complexes d’une formation professionnelle et
scientifique, toutes deux de haut niveau.

Conscient des enjeux et de la nécessité d’un travail approfondi sur ce
dossier, et ce avec tous les acteurs de l’Université, IUFM et UFR, le
CEVU demande un moratoire d’un an sur cette réforme précipitée.