Laboratoire LAAS-CNRS de Toulouse

Motion CNRS du laboratoire LAAS de Toulouse

, par Webmestre

Motion adoptée par l’assemblée générale du LAAS-CNRS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes) le 27 mai.

Le mardi 20 mai, Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement
supérieur et de la recherche, annonce ses décisions quant au futur du
CNRS. Ces décisions sont prises en pleine « phase de finalisation de
la concertation » suivant sa propre expression dans son entretien au
quotidien Le Monde. Six instituts nationaux seront créés et deux
maintenus. Les sciences du vivant et l’informatique, dont la qualité
des recherches sont nationalement et mondialement reconnues, seront
pilotées avec d’autres organismes (INSERM, INRA, INRIA, CEA), qui ont
des finalités et des modalités de fonctionnement différentes.

Au delà de la méthode qui annonce les conclusions avant la fin de la
concertation, et sans attendre les réponses à la lettre de mission du
27 février en cours de préparation au CNRS, ces décisions appellent
plusieurs commentaires.

La séparation des sciences du vivant et de l’informatique du reste des
champs scientifiques retire le caractère pluridisciplinaire du CNRS,
et les y place comme domaines de seconde zone. Les actions
interdisciplinaires, source de création de savoir, d’innovation et de
richesse pour le 21ème siècle, impliquant ces domaines seront
difficiles voire impossibles à programmer et à mener.
L’interdisciplinarité sera rendue encore plus difficile par le
processus de nomination des directeurs d’instituts et de direction
collégiale envisagé qui tendra à cloisonner les disciplines.

La vision d’une informatique découplée des disciplines qui se
retrouvent actuellement dans le département ST2I du CNRS est
scientifiquement erronée et dépassée. Ainsi, aujourd’hui, seuls 2% des
processeurs en usage dans le monde sont dans des
ordinateurs. L’écrasante majorité se retrouve dans des systèmes
matériels intégrés et communicants de toutes sortes, dont la
conception et le contrôle exigent de comprendre et de développer à la
fois le logiciel et le matériel, l’algorithmique et la technologie,
d’en élaborer les structures mécaniques et le comportement
énergétique, ainsi que de modéliser et de simuler les processus
physiques et l’environnement d’opération. Le CNRS est le seul
organisme à exercer un leadership sur l’ensemble de ces domaines. Le
découplage de l’informatique serait grave de conséquences sur la
qualité et la portée de nos recherches et sur leur capacité à répondre
aux demandes sociétales à terme.

Le LAAS-CNRS qui mène des recherches sur l’informatique,
l’automatique, le traitement du signal, la robotique, les micro et
nano systèmes, avec des moyens technologiques importants et une
cohésion construite au cours des années peut en témoigner par son
expérience quotidienne.

Le personnel du LAAS-CNRS tient à réaffirmer son attachement à
l’intégrité du CNRS, organisme pluridisciplinaire national, menant des
recherches dans toutes les disciplines scientifiques et des recherches
transdisciplinaires, dans des laboratoires de recherche propres ou
mixtes avec les universités ou d’autres organismes.

Il demande à la direction du CNRS de défendre la création d’un
institut au sein du CNRS si instituts il doit y avoir - couvrant
l’ensemble des disciplines des sciences et technologies de
l’information et de l’ingénierie, seule structure dans le schéma
envisagé permettant à la fois au CNRS de piloter des recherches
cohérentes dans ces domaines imbriqués, et de mener des travaux
conjoints avec d’autres champs scientifiques.

Toulouse le 27 mai 2008.

P.-S.

LAAS-CNRS : Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes