Les universités dans les pays européens

Par nature, la construction des savoirs et l’activité scientifique menées dans les
universités doivent se partager, circuler entre les pays. En témoignent la mobilité et
les pratiques des enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants.

L’Europe est désormais le cadre dans lequel s’inscrivent les politiques
d’enseignement supérieur et de recherche, par le processus de Bologne, dit
aussi « construction de l’Espace Européen d’Enseignement Supérieur ». A l’heure, en
France, de la loi LRU, les universités des pays européens sont confrontées, selon des
temporalités liées à l’histoire de chacun, à des évolutions parallèles, conformes à
l’orientation libérale de la construction européenne — désengagement de l’Etat et
recours aux financements privés, recul des statuts de fonctionnaires des
enseignants-chercheurs, marchandisation des formations, « autonomie » couplée à
la mise en cause des libertés démocratiques et académiques —, mais exprimant aussi
des nécessités de développement comparables. Partout, la communauté
universitaire fait entendre sa voix, avec les forces syndicales qui la représentent.

Sans prétendre à l’exhaustivité, ce dossier s’attache à montrer ces différents aspects
dans six pays européens. L’Allemagne fera l’objet d’une même indispensable étude
dans le prochain numéro de notre mensuel.

Articles de cette rubrique