Université de Savoie

Motion CA Université de Savoie

, par Marc Champesme

Motion soumise au Conseil d’Administration de l’Université de Savoie le 12 juin 2007.

Le Conseil d’Administration de l’Université de Savoie exprime sa vive préoccupation face à l’annonce du vote dès juillet prochain d’une loi sur l’autonomie et la modernisation de la gouvernance des universités. Une phase de concertation est un préalable à tout changement substantiel de la législation. À cette fin, se sont engagés des échanges impliquant les acteurs du monde universitaire et les organisations représentatives, qui ont décidé d’organiser des Assises de l’Enseignement Supérieur.

L’urgence d’une mise à niveau du budget des universités n’est pas discutable, mais cette mesure doit s’accompagner d’un rattrapage effectif des dotations des établissements historiquement moins bien dotés. Dans cette attente, un collectif budgétaire significatif 2007 peut dans l’immédiat répondre aux urgences sur le plan des moyens.

Si l’intérêt d’une diversification de l’offre de formation est évident, tout affaiblissement du cadre national des diplômes serait lourd de conséquences sur leur lisibilité comme sur leur reconnaissance.

En conséquence, l’autonomie proposée mérite examen attentif. Un nouveau cadre ne saurait être celui d’une loi du plus fort aggravant les inégalités et socialement sélectif. Les risques d’une mise en concurrence des universités dans un cadre d’autonomie financière accrue doivent être évités.

Le pilotage et l’organisation des universités peuvent et doivent être améliorés à la faveur d’un engagement renouvelé de toutes les parties prenantes, sans réduction du rôle des représentations élues. Cet engagement doit offrir le contexte d’une plus grande ouverture des universités et d’une meilleure réponse aux besoins de société : part accrue d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur, aide au projet personnel, à la réussite et à l’insertion professionnelle, accompagnement des salariés dans la formation tout au long de la vie, soutien plus équitable aux projets de recherche dans le respect de la diversité des thématiques, accent sur l’articulation formation - recherche. Elle doit aussi s’inscrire dans un environnement européen, dans le respect des principes « Pour des services publics de qualité, accessibles à tous ».

Conformément à ses prises de position constantes sur l’action publique dans l’enseignement supérieur, le Conseil d’Administration demande que ces impératifs soient pris en compte, et qu’aucun changement législatif et réglementaire n’intervienne sans l’indispensable phase de concertation avec les parties prenantes de l’Université, ses usagers et ses personnels.

Motion soumise par les conseillers élus sur les listes SNESUP-FSU, FERC-SUP-CGT et UNEF.