Intersyndicale Enseignement Supérieur-Recherche

Budget 2009 : ne laissons pas l’Université et la Recherche sacrifiées !

, par Webmestre

L’intersyndicale enseignement supérieur-recherche, appelle
- à se réunir dans les prochaines semaines en assemblées générales
d’information dans les établissements pour débattre de la politique du
gouvernement pour l’enseignement supérieur et la recherche et des
actions à mener pour imposer d’autres choix
- à se rassembler à Paris devant l’Assemblée Nationale lundi 3 novembre,
jour du débat budgétaire sur l’enseignement supérieur et la recherche et
à intervenir dans les jours qui précèdent auprès des parlementaires
locaux, afin d’exiger d’autres choix budgétaires.

BUDGET 2009 : NE LAISSONS PAS L’UNIVERSITE ET LA RECHERCHE SACRIFIEES !

La politique menée par le gouvernement dans l’enseignement supérieur et la recherche conduit à un affaiblissement du
service public et à une remise en cause de ses missions, au creusement des inégalités entre établissements, à un
renforcement des inégalités entre étudiants et à une dégradation de leurs conditions de vie, ainsi qu’à une détérioration
des conditions d’emploi et de travail des personnels.

La situation de l’enseignement supérieur et de la recherche est à mille lieues des promesses et des discours de Valérie
Pécresse. Elle se trouve fragilisée par un contexte économique dans lequel le gouvernement, au lieu de relancer
l’économie par l’investissement et les dépenses d’avenir, ajoute de la crise à la crise.

Il n’existe aucune fatalité. Tout est question de choix politiques. Nous contestons ceux du gouvernement en matière
d’enseignement supérieur et de recherche Nous n’acceptons pas que la volonté de changement et de réforme des
étudiants et des personnels, qui se sont fait entendre à de multiples reprises, se heurtent à une fin de non recevoir.
Comment accepter que nos problèmes restent sans réponses parce que « les caisses sont vides » alors que le
gouvernement trouve en quelques jours plusieurs milliards d’euros pour renflouer un système bancaire qui s’effondre ?

L’enseignement supérieur et la recherche doivent être une priorité pour le pays. Loin de rendre cette exigence
caduque, la crise actuelle témoigne du besoin de dépenses d’avenir notamment pour faire face à ses conséquences
économiques et sociales.

Nous exigeons :
- le rétablissement des 900 emplois supprimés dans le budget 2009
- un plan pluriannuel de recrutement d’enseignants-chercheurs, de chercheurs et de personnels administratifs,
techniques et de bibliothèque pour faire face aux besoins d’encadrement et des laboratoires
- une véritable augmentation du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche et d’autres choix budgétaires
pour répondre aux besoins (amélioration de la vie étudiante, réduction de l’emploi précaire, rénovation des locaux,
revalorisations salariales, crédits récurrents suffisants, etc.)

Les personnels et les étudiants n’accepteront pas sans réagir de voir le service public d’enseignement supérieur et de
recherche ainsi sacrifié. Les promesses ne suffisent ni à rassurer, ni à convaincre. Nous exigeons aujourd’hui des
réponses.

En conséquence, les organisations soussignées de l’enseignement supérieur et de la recherche, appellent les
personnels et les étudiants :
- à se réunir dans les prochaines semaines en assemblées générales d’information dans les établissements
pour débattre de la politique du gouvernement pour l’enseignement supérieur et la recherche et des actions à
mener pour imposer d’autres choix
- à se rassembler à Paris devant l’Assemblée Nationale lundi 3 novembre, jour du débat budgétaire sur
l’enseignement supérieur et la recherche et à intervenir dans les jours qui précèdent auprès des
parlementaires locaux, afin d’exiger d’autres choix budgétaires.

La réussite de ces premiers rendez-vous est capitale pour engager d’autres actions nécessaires pour infléchir les choix
du gouvernement. Au delà des problèmes de moyens et de postes, les réformes menées actuellement sans réelle
concertation mettent en péril l’enseignement supérieur et la recherche, leurs missions et leurs instances d’évaluation.
La communauté scientifique et universitaire ne peut laisser faire un tel bouleversement institutionnel sans réagir et elle
exige le maintien des missions des universités et des organismes. La période de mi-novembre est avancée pour ces
convergences !

SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNASUB-FSU, SNTRS-CGT, FERC-Sup-CGT, SLR, SLU, UNEF, Sup-Recherche-UNSA